Catégories
Asie création Culture découverte Economie Europe Music Philosophie Switzerland Taiwan Way of life World

chinois an Nouvel

Triptyque artistique éphémère

Compte à rebours à l’envers

18/ 02 / 2020 <-> 10 / 01 / 2020


C’est sous la forme d’émotions, de réflexions, d’images, de sons et de rythme que ce poste a été pensé.

Je rends hommage à ces dernières semaines marquant un nouvel an chinois haut en couleur sans pour autant briller dans le coeur, les rêves et l’évolution tant déclamée part l’économie et la technologie.

Au service d’une politique froide, odorante et malfaisante et en dépit des apparences, il n’en est rien.

Un tableau sombre et opaque qui ne peut égaler « Tahiti »


Sous la forme d’un compte à rebours inversé entre la date d’aujourd’hui et début janvier 2020 et qui dans les grandes lignes fait référence:

  • 8 janvier ma compagne part à Taiwan pour voter
  • 11 janvier élections législatives et présidentielle à Taïwan, Mme Tsai Ing-wen est réélue.
  • 21 janvier la tête de Donald Trump est mise à prix pour 3 millions de dollars par Ahmad Hamzeh, député iranien
  • 21-24 janvier c’est Davos
  • 22 janvier élection présidentielle en Grèce, la magistrate Ekateríni Sakellaropoúlou devient la première femme élue à la présidence de la République.
  • 23 janvier le gouvernement chinois place en quarantaine toute la métropole de Wuhan et les villes de Huanggang et Ezhou
  • 29 janvier Trump dévoile son plan de paix reconnaîssant la souveraineté israélienne sur les principaux blocs de colonies en Cisjordanie…
  • 30 janvier l’OMS classe l’épidémie « coronavirus » comme urgence de santé publique de portée internationale.
  • 31 janvier sortie du Royaume-Uni et de Gibraltar de l’Union européenne (Brexit)
  • juin 2019 – janvier 2020
    L’Australie est confrontée à de violents incendies qui ont brûlé plus de dix-huit millions d’hectares, et plus d’un milliard d’animaux ont péri.
  • 4 janvier records de température notamment dans la banlieue de Sydney avec une température de 48,9°C.

L’Alaska et le Canada sont confronté à une vague de froid,le thermomètre à chute jusqu’à -50°C en Alaska et jusqu’à -54°C dans le territoire canadien de Yukon

2 records de chaleur sont battus en Antarctique.
Le 7 février, l’Antarctique Argentine enregistre une température de 18,3°C, ce qui représente le record de chaleur pour l’Antarctique continentale.

Le 9 février la température dépasse pour la première fois les 20°C, ce qui constitue le record absolu pour l’Antarctique.

…à cela s’ajoute comme pour nous tous, le quotidien, les embûches les bonnes et mauvaises nouvelles, les accidents en tout genre, les désillusions et bonnes surprises, grippe ou pas, heures de sommeil insuffisantes bien entendu et la liste est encore longue


C L A R T É

Voilà ce qui nous est demandé tout au long de notre vie. Etre clair, être précis et faire fi de toute situation non contrôlable, non prévisible et d’autant plus s’il n’y pas rentabilité.

C’est ce qu’est purement et simplement l’économie au crochet de la politique et inversement. Et cet état n’est qu’une infime partie de ce qu’est l’être humain qui indépendamment de cela lui porte ombrage comme le ferait un simple mur privant un verger de tout soleil et toute l’année nous ratatinant de plus en plus.

Quatre murs qui nous entourent et nous enserrent et qui disparaissent alors que nous brisons à chaque fois que nous balayons cet état de « calcul » afin de donner une place à cet « abstrait » et qui comme l’imagination font partie de ce qui et que nous sommes.

Et en cela, la poésie offre parfaitement une réponse au problème.

Une arme puissante et qui la mondialisation craint au plus haut point:

  • Que nous ne soyons plus une masse salariale mais des poètes

En y réfléchissant bien,
Alors que cette recherche de clarté dans les actes et les pensées nous est demandé, recevons-nous du monde politique et économique la même attention?

La réponse évidente est non. Nous ne savons rien ou si peu que nous ne recevrons jamais les réponses claires sur qui fait quoi, comment, quand, où et avec qui en tant que citoyen-ne lambda du monde.

La beauté de ce que nous offre nos sens ne doit pas être amputé. Je ne parle pas d’en être esclave mais d’en devenir les observateurs, en les respectant.

Ressentir et observer cette poésie qui s’éveille à l’odeur d’un parfum à la vue d’une image, au son lointain nous rappelant peut-être cette cafetière bruyante dans la cuisine alors que grand-maman s’y trouvait.

Découvrir comment nous devenons susceptible alors que la faim ou le manque nous tenaillent et NOUS EN EMERVEILLER sans le juger s

…Non, juste observer, le respecter et apprendre ce qu’il nous offre.

Et comme d’en tout, à force de répétitions et de persévérance un résultat positif viendra en nous faisant avancer sur une route où la surprise fera place au parcours fléché décidé par d’autres et peu importe pour qui.


I M A G E

Dans ce compte à rebours les images que je tiens à proposer sont de belles images dépaysantes. Il est question de TAIWAN, il est question d’un voyage que je n’ai pas pu faire et que j’avais planifié depuis plusieurs mois alors que cela fait déjà la 3e années que je n’ai pas pu m’y rendre.

Non pas à cause de l’épidémie mais de mon occupation professionnelle. Je vous en reparlerai prochainement car, malgré tout, le résultat de ce choix à offert un avantage attendu.

© organic way of life – Valvini

Arriver par tous les moyens à se déconnecter de ce que nous appelons, et pour faire court, la réalité. Et pour se faire de boire du thé de Taiwan et de qualité me procure un espace de repos et de rêverie le temps d’un éclair bienfaisant et régénérateur

…d’autant plus en écrivant ce billet ^^ – Blanc, rouge et vert tout lui sied

N O U V E L A N

En occident notre nouvel an se fait suite aux 12 coups de minuit, à quelques bouchons de champagne et généralement le 1.01 voire le 2.01 une bonne gueule de bois méritée ou non mais pas spécialement désagréable.

Il en est tout autrement à Taiwan, en Asie alors que le nouvel an chinois, selon le calendrier lunaire, se déplace entre fin janvier et mi-février. Congé important, fête de famille et un retours aux sources en permettant à chacun de passer un peu de temp ensembles tout en allant visiter des lieux, faisant des promenades voire des voyages.

C’est un temps dédié aux retrouvailles.

Un moment, qui bien qu’attendu et souhaité, procure un stress alors que les obligations sont de même d’actualité. Un peu comme une invitation lancée chez soit et que vous tenez à ce que tout soit parfait. Il est question de ce stress d’accomplir correctement son devoir et pour la bonne cause. Pas le même qu’au travail ou face à un représentant de la loi…quoi.

Si les dates du nouvel an chinois prochain vous interesse et quelques explications, vous les trouverez, en anglais,

ici-même

Concernant ce shake d’émotions il faut dire que je suis en Suisse, lieu préserver des grands troubles survenus en Australie, en Chine et dans les environs tout autant qu’à l’abris, quoique précaire, des aléas politico_économico déstabilisant des gueguerres de pouvoir entre les US, la Chine, l’Europe, l’Angleterre et qui font bien plus de mal que cette épidémie devenue un enjeux politique majeur et où le chantage et les bras de fer ne font que commencer.

Dans une société où l’économie se place au-dessus du bien-être et de la sécurité il n’y aucune possibilité d’échapper à la folie du pouvoir et des hommes le manipulant pour ceux qui, à l’ombre, orchestre la danse funeste.


La vie, en parallèle, continue et nous diffuse ses encouragements…

Et pendant ce temps et ces réflexions, ces images et leurs ambiances me reviennent en instantané. Quelle beauté que notre fonctionnement qui n’a absolument rien à envier à l’intelligence artificielle.

Cet état essaie de reprendre des facultés amoindries dans la poésie et exarcerbée dans l’efficacité. Mais de quelle efficacité avons-nous besoin pour juste vivre notre vie sans avoir peur de tout comme c’est le cas aujourd’hui?

ERREUR, qui fait la part belle aux ingénieurs et savant qui malgré la beauté des talents travaillent comme fonctionnaires le plus souvent ou au service de l’état quoiqu’il en soit.

Je les respecte comme être humain mais leurs mains ne sont pas toutes blanches…et je le regrette amèrement.

Alors que je parle de poésie, il est question d’une vision qui nous déconnecte des à prioris du monde du travail et des obligations administratives…

Faire feux de tout bois afin de nous réapproprier tout ce que nous avons en nous!!

Vous comme moi vivons autant que possible et du mieux que nous puissions. Nous sommes bombardés d’informations, de situations plus ou moins grave liées à nos vies, nos états d’âme, le repas qui passe ou pas et plus encore.


Notre visage reste le même alors que nous le voyons plusieurs fois par jour d’une manière ou d’une autre sinon les traces du temps gravés à jamais.

Que ce passe-t-il alors que nous vivons cette espace entre chaque vision de nous-même? Où vont toutes ces émotions, ces bribes de vie accumulées puis disparues et réapparues à l’intérieur…et quand je dis intérieur il serait plus simple de dire « chez nous » sans différencier le en dehors du en-dedans; l’un sans l’autre nous ne serions pas ou alors malade et sans aucune connotation négative et bien réelle. Cela existe et il serait bon de ne pas croire que tout est normal et acquis.

Il serait bon de tirer partie du potentiel créatif qui nous habite.

Faire une belle table poursuit une création, la vision, le souhait, l’attention et j’en passe. Ce n’est « que » manger et je parle d’une situation que nous avons la chance de pouvoir vivre 3 fois par jours. C’est pourquoi chercher à dépasser le fait de manger en rendant grâce à cette chance est un choix en ce qui me concerne

…Et les jours passes, et un nouvel an et autre puis encore un…

Nos émotions, quand tout va bien, se mélangent, viennent et repartent, s’incrustent et se désintègrent.

Nous vivons de l’intérieur milles vies, notre visage reste le même nonobstant les rides et les cheveux qui prennent un cours différent.

Toute qualité et humanité disparaîssent dans la guerre et la maladie, le besoin et le danger!

C’est de cela qu’il est question.
Il m’aurai été difficile d’en parler sans faire référence à des images qui me font du bien, aux rythmes et à des sons impliqués dans la création sonore apportée pour ce poste.

Il est question de m’exposer et d’une certaine manière, avec qui je suis et ce que je sais faire.

Ce ne sont que quelques semaines qui représentent une vie et à n’en pas douter.


D I V E R S T É

© organic way of life – Valvini
Déjà là, boire un thé de Taiwan, en Suisse, à l’extérieur, avec en hauteur la neige et plus bas rien et puis l’écriture, le verre, le bois….la main qui porte qui serre, comment ne pas s’en inspirer?


Du son, des images, des coups de gueule, du bonheur aussi. C’est un compte à rebours à l’envers qui aurait plaisir à terminer sa course par là où tout a commencé, là où l’énergie n’était pas encore chaire quoique d’avoir la chaire de poule c’est pas mal aussi ^^


S O N

Avant toute chose, il m’importe d’exprimer que ce qui me fait avancer sans sombrer actuellement encore et malgré tout, dans une dépression sans lendemain, est cette résonance qui existe et de multiples manières et dans toute chose.

Un état que je me dois d’appeler « beau » mais où il n’est pas question d’un jugement entre le beau et le laid, entre j’aime ou j’aime pas. Cela ne parle pas d’esthétique mais d’une situation où « beau » exprime évolution positive, bénéfique et respectueuse face à l’autre. Un autre qui de même, ne met pas en compétition mais procure la courte définition de ce que la diversité veut bien exprimer.

Suite à la somme de ces résonances engrangées via des sourires, des discussions, un biscuit artisanal aux goûts inconnus, à une promenade, un coup de fil, une plante, un objet même inanimé, un parfum, une personne connue ou non, il est possible d’apercevoir, par son contraire et au moins un minimum, ce que signifie la destruction et l’horreur en terme d’évolution sur terre.

Une horreur répertoriée, connue et où le doute permet de s’énoncer via des politiques, des médias et sans que ne soit relevé les effets négatifs sur le monde et tous les êtres vivants s’y trouvant à présent et dans le futur. Une horreur orchestrée à l’échelle mondiale par l’économie et la politique et dont chaque cadre ne peut accepter d’en porter la responsabilité alors le siège lui est attribué.

Et si je me trompe eh bien je n’aurai vraiment rien compris à ce monde qui m’entoure!

Il m’importe donc d’être en accord avec mon époque et de ne pas nier les horreurs qui se passent sous ma fenêtre.

Même si cela me fout des baffes il n’y a aucune raison de les éviter en clamant que cela ne fait pas mal et que je cela n’a jamais existé.

Regarder et observer, relever et analyser afin que le pouvoir de la poésie évolue en parallèle et contrecarre ces absurdités meurtrières.


A R T

Sans un outil artistique prolongeant mes sens et les frissons qui me parcourent et qui se produisent pour la plupart en mon corps je pense que je deviendrai tout simplement un sale type, un vrai sale type.

Cela doit faire partie d’une de nos fonctions. Je veux dire qu’handicapé du moyen de percevoir, de ne plus avoir la notion du beau, comme mentionné au-dessus, d’une certaine pureté comme peut l’être l’eau, le parfum, la relation, il n’y aurait probablement pas de raison de ne pas être un sale type. Il ne serait question que du présent où le passé et le futur n’existerait pas et que toutes les conséquences n’auraient aucune importance sinon mon seul et unique plaisir.

Pour ma part,
De parler de psychopathie ou d’empathie ne sont pas les seuls moyens qui amputent ou gratifient l’humanité.

Apprendre à se connaître et s’intéresser à ce qui nous sommes permet d’améliorer son état général et d’aller vers le mieux en maîtrisant les peurs face à l’inconnu.

« Répondre avec clarté à l’instant présent sans se préoccuper de quoique se soit d’autre sinon de l’efficacité est ce qui tue l’homme qui sommeille en nous et nous empêche de nous nourrir de la magie, de la poésie du monde et de son incroyable énergie.

Voilà peut-être la meilleure définition de la poésie et par son contraire:

…La poésie et tout sauf efficace.


C’est en cela que la nature joue un rôle essentiel dans l’équilibre du monde. Elle nous connecte à l’esprit, au coeur même de ce qui nous engage à être meilleur en résonnant directement avec le ciel et la terre. Il n’est pas question ici de métaphysique mais bien de 2 éléments qui nous permettent de vivre, de dormir, de nous réveiller et de rêver les yeux ouverts ou non. Il n’est pas question de spiritualité, d’ésotérisme mais du b.a.-ba de ce que hygiène élémentaire exprime indépendamment de se laver les mains…et alors?
L’oxygène, l’eau, la nourriture peuvent être disséqués par le microscope et la raison sans pour autant exprimé le bien fondé de leurs existences face au tout


M U S I Q U E

Pour conclure,

Il m’a fallu agir via le son, le rythme…

Davos,
Une réunion qui égal la vision de percevoir, aujourd’hui, une fourrure sur le dos d’une personne.

Comment démontrer encore mieux ce qu’est la barbarie?

De même pour l’épidémie, les catastrophes naturelles en réponse à nos folie qui reste un constat si seulement l’ironie, le mensonge, l’aveuglement et l’irresponsabilité ne nous animaient pas.

Ne pas considérer cette épidémie non pas comme une punition de dieu (?) mais comme une réponse à nos folies, à cette mondialisation inhumaines, à nos économies appauvrissant tous sur son passage, des obscènités des gouvernements face aux peuples, aux différences et à plus encore? Pourquoi en rire? Les maladies ont toujours une cause pour l’individue et nous représentons le monde. Un monde malade offre une réponse sur une fragilité, une faiblesse, une erreur, une incohérence, une exagération pour ne pas dire une indigestion…et d’autant plus alors que le vomissement est retenu.

L’égoïsme n’a plus sa place dans notre contemporanéité

Le je veux et donc je peux quand bon me semble et peu importe le résultat devient totalement puérile, dangereux, obscène tout en offrant un signe flagrant de dégénérescence mettant la vie de son prochain en danger et dans un rayon géographique de plus en plus éloigné et grâce à cette mondialisation qui n’est qu’économie et dictat sur le plus faible.

A quoi bon utiliser de nouvelles technologie sans connaître son propre fonctionnement?

VA-T-EN! TU N’ES QU’UN GAUCHISTE, BOUFFEUR DE RACINES, PSEUDO ECOLO DE MES DEUX!

…Je l’entends déjà!


Tiraillé entre ciel et terre

Courage

Un courage essentiel, qui s’apparenterait à celui des parents qui, face à son enfant atteint d’une maladie grave et incurable, se doivent de l’accompagner du mieux qu’ils peuvent alors qu’ils sont habités de cet amour sacrifice, de cet amour sans condition, de cet amour sans récompense et qui dit tout simplement:

Les rêves deviendront des cauchemars alors que nous tenons à les réaliser coûte que coûte s’interdisant, de même, que d’autres les remplacent.

Le courage de brûler nos rêves, de vivre avec bravoure
Bravoure, clairvoyance, sympathie avant même que soit mentionné la première lettre du mot « empathie »
Empathie qui, si elle devait être présente à travers ceux et celles qui nous gouvernent et nous dictent comment et où agir ..ne nous auraient pas amené droit dans le mur!

Il n’est plus question de réfléchir,
Il est temps d’agir, autrement qu’autours d’une table, le verre à la main, se félicitant des résultats positifs reportés sur les actionnaires.

Santé!

Il est bien question de la santé universelle et aucun vaccin ne pourra être trouvé sinon un leurre, qui une fois de plus, tout comme l’IA peindra une solution à nos maux, nos travers et exagérations sur le mur blanc de notre époque. Un mur qui ne fera que réfléchir la lumière du soleil en nous aveuglant et en nous empêchant de trouver la porte de sortie.

Nous continuerons à rejeter la responsabilité de nos barbaries ailleurs afin que cet ailleurs répare nos folies sous le couvert de l’évolution en protégeant nos consciences face à la honte d’avoir détruit la beauté et le simple.


tache d’encres

A chaque page tournée, se trouve une nouvelle tache d’encre. Et chacune de ces taches nous empêche de poursuivre l’histoire de manière fluide comme souhaité par l’artiste.

Nous perdons le rythme, le fil et le rythme de nos propres existences.

L’ironie, l’ironie toujours comme seule réponse afin de démontrer le peu de qualités humaines, le peu de courage et d’élégance que nos sociétés élaborent.

Du coup,
Le livre est bon et nous continuons la lecture mais sous un angle qui est le notre. Nous n ‘apprenons plus rien, nous répétons, nous ne créons rien nous plagions, nous copions.

Le son grésille, la vue se trouble, les émotions deviennent mixtes et floues.

Quel dommage!

B O U M – une tache par-ci une tache par-là et c’est le fiasco général.

…La magie a disparue.


C’est simple, j’en ai ma claque

C’est pourquoi je décide de changer l’orthographe de c’te foutaise:

E C O N O M I E –

en

H A I S C O N O M I E

La science dédiée à créer des tensions, des malheurs, des incompréhension, des haines. De changer le cours naturel de l’histoire et du monde en attisant le désespoir.

L’haisconomie ne trace plus des courbes mais des lignes droites afin de toucher le plus rapidement possible son objectif financier. Exit les reliefs, les paysages, les océans et surtout les différences.

Il n’est plus question de susciter des émotions, de penser qu’il y a des personnes sous ces traits. Non, tout droit et par les airs afin que quand le bouton « lâcher la bombe » sera actionné, il sera question d’anonymat, du « je ne savais pas » et du « qu’auriez-vous fait à ma place? »

Nous feignons ne pas savoir, traçons des lignes droites avec des objectifs à atteindre, déshumanisant le plus possible afin que la clarté prenne la place de l’humain et de sa beauté en le privant de toute poésie et magie.


se mettre à nu!

Voilà la somme des mots et de laps de temps écoulé grâce à la poésie, les couleurs, le voyage, les sons et le rythme.

A vous et que la route vous sourit!


© organic way of life – Valvini

Par Andrea-安德海

Sport, food expert, in love with Taiwan, Japan, Greece, Switzerland, Music and Arts, Traditional Martial Arts, to Be Quiet, Green Tea and Organic life + Healthy Food + Humanistic Values + the Respect of Differences. Enough for today ;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s