Catégories
Culture découverte health Non classé Travel Voyage¨ Way of life World

Aujourd’hui c’est le coeur en folie


J’ai eu besoin de voler, de m’en voler ailleurs, là où justement le monde redevient monde, là où le mot société ne rime pas avec Botox et où la beauté de l’automne s’enlace sans cesse.


Tout part en couille et pourtant ils continuent de se prendre au sérieux…vous y croyez-vous?

…encore un peu?…

Je n’arrive toujours pas à en croire mes oreilles.

Les politiques suisses se targuent de faire le nécessaire alors que le pays qui se croyait au-dessus des lois se réveille seulement 4 mois après la déclaration du virus en Chine et que le Sars n’était pas un conte de fée…Eh bien non, rien de rien et maintenant ça se parade comme si de rien n’était comme si cela était normal d’avoir failli à ses fonctions. NON CE N’EST PAS NORMAL!!

Je rigole, la belle Genève qui accueille l’OMS, l’organisation mondiale de la santé.

C’est le meilleur, non?


Que veux-tu, le coronavirus n’a pas a appris que la Suisse est neutre et oui le coronavirus n’en a rien à faire de l’or, des courtoisies et autres mascarades mondaines, diplomatiques et pathétiques…

Je commence à l’aimer celui-là!

Du coup j’ai eu besoin de voler, de m’en voler ailleurs, là où justement le monde redevient monde, là où la société ne rime pas avec Botox et où la beauté de l’automne s’enlace sans jamais hésiter

A vous, à nous et courage!!


Un jour j’ai plongé

Plongé tellement loin que j’ai vu les sirènes, que j’en ai vu de toutes les couleurs, de tous les sons, de toutes les frayeurs.

Un jour j’ai dû plonger à m’abîmer les mains, à perdre pied.

Un jour, une plonge, puis une autre

Une nuit et encore une et une autres et le plongeon, enfin LE plongeon

…. j’ai disparu.

De toute trace la seule chose que j’ai gardé est le goût grippant de cette angoisse.

Un sentiment de folie profonde, heures froides Qui te prennent et alors que plus rien ne te retient, plus rien ne fait sens…le vide sans foi ni loi et c’est inhumain, la glace.

C’est ce plongeon abyssale, je crois, oui bien sûr, qui m’a sauvé et il m’a dit en caressant mon épaule

« Ne te brûle pas petit gaillard, reste bien à ta place..rien ne sert de devenir ne serait-ce qu’un petit dauphin.

Regardes, regardes bien la mer, regardes ce qu’il en reste…

Ne fait rien »

Andrea Valvini

A nous, à vous et à cette vie qui nous traverse!

Par Andrea-安德海

Sport, food expert, in love with Taiwan, Japan, Greece, Switzerland, Music and Arts, Traditional Martial Arts, to Be Quiet, Green Tea and Organic life + Healthy Food + Humanistic Values + the Respect of Differences. Enough for today ;-)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s